Cacher cette page

Les troubles alimentaires non spécifiés

Les troubles alimentaires non spécifiés sont des problématiques réelles pour lesquelles il n’existe pas encore à ce jour de diagnostic clair. La raison est simple : plus d’études sont nécessaires pour permettre aux professionnel·le·s de la santé de bien les comprendre et les traiter.

On entre dans ce grand « fourre-tout » les problématiques qui ne répondent pas précisément aux critères de l’anorexie, de la boulimie et de l’hyperphagie boulimique.

Parmi les troubles alimentaires non spécifiés, il y a la bigorexie. Les personnes qui en souffrent ont l’impression d’être toujours trop minces et souhaiteraient être plus musclées. Pour cela, elles peuvent essayer toutes sortes de suppléments, passer tout leur temps au gym et même mettre de côté leurs loisirs et leurs proches au profit de l’entraînement. Si elles n’atteignent pas leurs objectifs, elles se sentiront coupables ou éprouveront un profond sentiment d’échec. C’est une problématique qui touche surtout les garçons et les hommes.

On retrouve également l’orthorexie, qui est l’obsession de manger sainement. La personne qui en souffre porte une attention démesurée aux valeurs nutritives de ce qu'il y a dans son assiette, s’impose plusieurs restrictions alimentaires très strictes et occupe une partie importante de son temps à planifier et à préparer ses repas. Enfin, son obsession pour la nourriture saine peut affecter ses relations avec ses ami·e·s ou sa famille.

Les troubles alimentaires sont multiples et certains sont encore méconnus.

Si tu crois que ton rapport à ton corps ou à l'alimentation est anormal, consulte ton médecin ou contacte Tel-jeunes. Nos intervenant·e·s pourront t’aider à mieux comprendre ce que tu vis.

Référence : Aneb ados. (2021)