pose ta question à un intervenant de Tel-jeunes

Comme tu peux voir tu n'es pas seul

Consulte les questions des jeunes sur divers sujets

[ Violence et Alcoolisme ]

C-St - fille - 20 ans (10 octobre 2014)

Bonjour, Mon coloc et bon ami de 18ans vit une période difficile. Il prenait de la cocaine régulièrement et a décidé par lui-même d'arrêter sa consommation. Par contre, son problème c'est simplement déplacer dans l'alcool. Il est habituellement très gentil, mais lorsqu'il boit il devient très violent. Il s'est battu à plusieurs reprise, avec des inconnus et même avec son frère de 21ans. Il brise et endommage des choses, il fait des trous dans les murs de l'appart, etc. Je ne sais plus quoi faire. J'aimerais lui venir en aide. Il n'a pas de bon lien avec sa famille et je n'ose donc pas appeler ses parents. Il aurait besoin d'aide extérieur mais je ne sais pas vers qui me tourner?! Centre de désintoxe? Aide à la violence? Psychologue? J'habite avec lui et son frère et se dernier voudrait le mettre à la porte, je ne sais pas si c'est une bonne idée... Bref, j'aimerais obtenir de l'aide extérieur pour lui, pour qu'il se débarrasse de cette colère et de son problème de consommation. Merci

Réponse de TelJeunes


Salut C-St!

C'est une bonne idée de venir en aide à ton ami.

Tu sais, lorsqu'on s'inquiète des habitudes de consommation d'une personne de notre entourage et qu'on désire l'aider, la première chose à faire est de lui nommer comment on se sent dans cette situation. Lorsqu'on cherche à communiquer à propos de comportements problématiques, il est souvent aidant d'en parler quand la personne est sobre ou n'a pas beaucoup consommé. Est-ce que ce serait possible pour toi, C-St?

Le fait de parler au "je" en nommant nos inquiétudes et en amenant des observations concrètes peut permettre à l'autre de réaliser certains aspects de son comportement dont il n'a pas conscience. Par exemple, on peut dire: "je suis inquiète parce que je tiens à toi et j'ai peur que tu te fasses du mal. J'ai remarqué que tu avais eu plusieurs comportements agressifs lorsque tu avais bu. Il s'est passé telle ou telle chose, est-ce que tu t'en rappelles?" On peut aussi demander à l'autre s'il se sent prêt à aller chercher de l'aide, et s'il aimerait qu'on l'accompagne.

Tu vois, on ne contrôle pas les pensées et les comportements des autres, et on ne peut donc pas faire cesser l'habitude de consommation d'un de nos amis si lui-même n'est pas prêt à essayer. Le désir de changement doit venir de lui. Tu comprends? Lorsque notre pouvoir est limité, on peut tout de même lui donner quelques références dans le cas où il en sentirait le besoin. Par exemple, tu pourrais lui donner le numéro de Drogue, aide et référence (1-800-265-2626) et lui suggérer d'appeler pour connaître les ressources d'aide disponibles proches de chez lui par rapport à l'alcoolisme. Il pourra aussi parler de son histoire à un.e intervenant.e. Qu'en dis-tu?

En tant que proche, tu peux toi aussi obtenir de l'aide pour le soutenir au même numéro, et tu peux également nous appeler en tout temps au 1 800 263-2266. Je te laisse donc penser à tout cela et effectuer les démarches nécessaires. N'hésite surtout pas à faire de nouveau appel à nous si tu en ressens le besoin!

Prends bien soin de toi, C-St!

Tel-jeunes

exprime-toi

Quelles sont mes forces?

Merci d'avoir voté.

à voir aussi
parents et intervenants

Services offerts par Tel-jeunes